Un métier, votre orientation, en formation initiale ou en apprentissage, du CAP au DMA et BTS

                    le GRETA Ouvrier du paysage

Les Cressonnières

 

Préservation/Réhabilitation d'un patrimoine du Gué

Avant

Après

Les zones humides, milieux en danger

Au cours du dernier siècle, plus de la moitié des zones humides en Europe et dans le monde à été détruite. Notre pays n’a pas été épargné. Ces milieux sont encore aujourd’hui menacés en raison de l’urbanisation, de l’intensification de l’agriculture, l’aménagement des cours d’eau, le prélèvement d’eau, l’extraction de matériaux, l’arrivée d’espèces exotiques envahissantes ou encore des pollutions. Les milieux humides qui subsistent connaissent souvent une dégradation de leur qualité : assèchement progressif, eutrophisation, perturbation de la végétation et ce, en dépit de la prise de conscience de la valeur de ces milieux et de la mobilisation pour leur protection.

Ces zones constituent également des sites de reproduction d’un grand nombre d’espèces qui ne les utilisent que pour assurer cette phase cruciale de leur cycle biologique, le reste de leur existence se déroulant sur la terre ferme. C’est en particulier le cas des amphibiens, dont la survie sur un territoire donné dépend de la conservation d’habitats aquatiques et terrestres de qualité.

Aujourd’hui, quelque signes encourageants apparaissent ici et là, avec des progrès en matière de protection, voire de restauration des milieux humides. Ils montrent qu’une gestion et une utilisation raisonnée de ces espaces naturels peuvent préserver leur valeur, leur avenir, et la multiplicité des services qu’ils nous offrent.

Il est URGENT d’agir !

 

Cresson : de quoi parle-t-on ?

Si la culture du cresson n’a été implantée en France, sur des sites aménagés à cet effet (cressonnières artificielles) qu’à partir du XIXe siècle, les vertus pharmaceutiques de cette plante, tant pour les humains que pour les animaux, étaient connues dès l’antiquité.

Cité par Dioscoride, Pline l’ancien et Hippocrate, cette plante était déjà très réputée chez les romains qui en mangeaient de grandes quantités.

Outre ses qualités gustatives, le cresson possède en effet une très forte valeur nutritionnelle. Pauvre en calories, c’est l’un des légumes verts les plus riches en vitamine C (plus qu’une orange), en calcium (3 fois plus qu’une laitue et 19 fois plus qu’une tomate), en soufre, en magnésium, en potassium et en fer (4 fois plus que la laitue ou la tomate).

Le cresson de fontaine croît spontanément près des sources et ruisseaux.

La consommation du cresson ayant poussé dans des eaux stagnantes ou dans des rivières est rigoureusement déconseillée car il abrite volontiers un dangereux parasite, la douve du foie, à l’origine de maladies hépatobiliaires quand elle s’installe sur cet organe.

Ce risque n’existe pas avec le cresson de fontaine. Cette plante est cultivée dans des bassins d’eau courante appelés cressonnières.

 

Lycée des métiers du Gué à Tresmes - UFA Gué à Tresmes - 77440 Congis sur Thérouanne . | . TEL: 01 64 35 52 56 - FAX: 01 64 35 59 56 . | . plan du site